jeudi 29 octobre 2009

Outkast - Aquemini

Outkast... un groupe dont j'ai jamais trop compris le 'truc'. Autant j'ai énormément apprécier le potentiel aperçu sur "Southernplayalisticadillacmuzik" et l'éclosion du talent sur "ATliens", jusqu'à l'estocade "Aquemini", mais après je fût largué... Bien que n'ayant jamais, ô combien jamais apprécié leur flow, leur façon de créer ds rimes volontairement (trop) longues et leur non-respect de la technique, ça m'a toujours presque fasciné cette sorte de G-Funk émanant d'un entre Côte Est et Sud des States. Je trouve leur trois premiers albums musicalement très au-dessus de la norme et quand "Aquemini" est sorti, je dois dire que je suis resté longtemps bouche bée.
Bon, déjà, de un, primo, de premiero, t'entends, faut savoir que derrière cette album il y a Organized Noize, genre de combo de producteurs géniaux, jeunes et pleins de fougue: on leur doit entre autre "Southernplayalisticadillacmuzik", des prods pour TLC et même pour 'Oncle' Curtis Mayfield.
Je le répète, je pense sincèrement que cet album est le meilleur au niveau musical: il n'y a qu'à écouter correctement "SpottieOttieDopaliscious" et "Da Art of storytellin' part 2"... Je trouve surtout qu'il se dégage de cet opus une sorte d'ambiance psychédélique et à la fois Funk voire même P-Funk avec la présence de l'illustre George Clinton sur "Synthetizer". On croirait même voyager du côté de Long Beach quand débute la sirène tirée du thème de "Midnight express" sur le son "Return of the 'G' ". Mention spéciale aussi pour le son assez avant-gardiste (pour l'époque) "Liberation" featuring Cee-Lo, qui se veut faussement "NuSoul"; alors que le courant a véritablement exploser courant 2000/2001.

Bref, pas besoin de vous faire un dessin, "Aquemini" est pour moi de la race des albums classiques, est un achat indispensable pour qui veut une bonne discothèque fournie et surtout un album à avoir au moins en mp3.
Sur ce sachez-le*: bonne écoute ;)



Aquemini - mot de passe: danny
+ la version INSTRUMENTALE pour 'tous ceux-là' qui veulent.

1 - hold on, be strong
2 - Return of the 'G'
3 - Rosa Parks
4 - Skew it on the Bar-B F; Raekwon
5 - Aquemini
6 - Synthetizer F. George Clinton
7 - Slump
8 - West Savannah
9 - Da Art of storytellin' Pt. 1
10 - Da Art of storytellin' Pt. 2
11 - Mamacita
12 - SpottieOttieDopaliscious
13 - Y'all scared F. T-Mo, Big Gipp & Khujo
14 - Nathaniel
15 - Liberation F. Cee-Lo
16 - Chonkyfire

mercredi 28 octobre 2009

De La Soul - A Rollerskating jam named saturday

L'un des premiers son de Vinia = un classique, je crois.
Ici, y'a aussi du lourd et à ce propos, j'espère que les addicts à Jay Dee auront grillés les premières phRases de "Let's take it back".

;)

Vinia Mojica - Black & blue

À l'heure où les tasspés qui pullulent dans le monde de la musique sortent des albums aussi facilement que Lionel Messi fait des misères footballistiquement parlant, il en est une qui, bien qu'ayant une carrière fournie et reconnue, n'ait toujours pas eu droit à la reconnaissance suprême.
Vinia Mojica, choriste attitrée de la Native Tongue et bientôt de toute cette partie du Rap que nous affections tant, en presque 20 ans n'a même pas sorti le moindre maxi vynil.
Il faut attendre 2005 pour qu'un fanatique compile ses derniers faits d'arme pour former une sorte de black album: le "Black & blue". Hi-Tek, Spinna, Madlib, Pete Rock, quand même des gars qui savent faire du son, y'en a pas un pour miser à fond sur elle ?
C'est dommage, car à un moment j'y croyais à ce solo tant attendu et qui vraisemblablement ne viendra jamais.
Bonne écoute ;)



Black & blue

1 - On my way (Hi-Tek)
2 - Sand of time (Ge-Ology)
3 - 5 heures du mat' (Prince Charles Alexander
4 - Anything is possible (Dj Medhi)
5 - Force of nature (The Saint)
6 - The Sun God (Hi-Tek)
7 - Mind blowin' (Pete Rock)
8 - Guilt junkie (Ge-Ology)
9 - Get ta steppin' (Hi-Tek)
10 - Idols (Spinna)
11 - Carbon copy (Scott Storch)
12 - Clim (Dj Etch a sketch)
13 - Big bounce theory pt. 2 (Jneiro Jarel)
14 - KOS determination (Hi-Tek)
15 - Party up (Madlib)
16 - The Blast (Hi-Tek)

lundi 26 octobre 2009

Baby Blak - Once you go blak

Découvert sur le "Magnificent" du crew 'A Touch of Jazz', Baby Blak, mc originaire de Philadelphia s'est vu à l'époque offrir par BBE, l'opportunité de sortir un projet solo: "Once you go blak" est sorti presque dans la foulée de la galette de Jazzy Jeff.
Loin de révolutionné le genre, Baby Blak s'avère être un fin parolier et rimeur qui se la donne à cœur joie sur des instrus concoctées par Joey Chavez, Kev Brown, Dj Revolution & P-Smootha, entre-autre.
Un (très) bon album, mais qui malheureusement n'a pas eu le succès escompté. Cependant, 2009 pourrait être le grand retour de Baby Blak... à suivre.
Bonne écoute ;)



Once you go blak

1 - Intro
2 - Once you go blak
3 - Wake up
4 - Tables turn
5 - Fallin' down
6 - Friends
7 - Economix
8 - Tsters choice
9 - Crazy
10 - The Youth
11 - Starvin' artist
12 - Firewater
13 - So many
14 - Peace
15 - No coast all stars
16 - Daddy dearest
17 - Diamonds (Diemon)

dimanche 25 octobre 2009

Dam-Funk - Toeachizown

De la G-Funk en 2009 ? Eh ouais, il en reste encore: le style n'est pas mort en même temps que Dr. Dre et sa clique.
Dam-Funk, l'un des dernières signatures de Stones Throw nous dévoile ses ambiances sauce West coast.
Ressortez vos Chuck Taylor, vos Dickies et vos casquettes White Sox.

vendredi 23 octobre 2009

Marley Marl - Re-Entry

Marley Marl, sorte de légende vivante du HipHop, quoi. À l'origine du projet "Boogie down prod", il est aussi l'un des producteurs majeur du début des années 90 et surtout, surtout, il EST celui qui aura cru en Peter Philips le génie que l'on connait maintenant.
Aussi étonnant que cela puisse paraître, juste 4 dont celui au téléchargement aujourd'hui: Re-Entry, sorti sur BBE en 2001 et lance la série "Beat generation", il me semble.
Loin d'être une tuerie sans précédent, on a là un album bien construit dans la pure tradition du sampling, alternant tracks rappées et instrumentales.
À l'époque, j'ai bien apprécié "What rulin' means", 'premier fait' d'un Kev Brown pas tout à fait à l'aise au micro en featuring Grap Luva.
Ça aurait justement été un bon combo de producteurs ça, Kev Brown/Marley Marl...
Bonne écoute ;)

Re-Entry

01 - Intro
2 - Do u remember
3 - Three's company F. Big Daddy Kane
4 - Spazz Ft. Solo of Screwball
5 - Just funky
6 - Who's sicker F. The Hemmingways
7 - Lost beat
8 - Easy type shit F. Seven Shawn
9 - Live Ova beats
10 - Foundation symphony F. Larry 0, Seven Shawn, J. Wells & Miss Man
11 - So good F. J. Wells & Edwin Birdsong
12 - Hummin' F. Roy Ayers & Edwin Birdsong
13 - Big faces
14 - What ruling means F. Kevin Brown & Grap Luva
15 - What U hold down F. T. Sluggs & Capone of CNN
16 - NY, NY

lundi 19 octobre 2009

K-Trième Dimension - De l'huile sur le feu

Deuxième album du jeune groupe issu de la scène Genevoise, "De l'huile sur feu" s'inscrit dans la mouvance consciente du Rap. Un discours sombre mais révélateur de la société et de l'époque. Peu de chose à dire à part qu'il faut pousser ce genre de groupes: j'espère que vous apprécierez.
Je vous encourage d'ailleurs à checker leur site: ICI
Bonne écoute ;)


De l'huile sur le feu

1 - N'aie pas peur
2 - Mon Rap est un art martial
3 - Les Vampires
4 - Ton sang est rouge
5 - Sur nos feuilles
6 - Le Passage secret
7 - Babylone brûle
8 - Les Passants sont anonymes
9 - Le vieillard et le policier
10 - Pas un geste !
11 - La Poudre aux yeux
12 - La Fin de l'histoire

vendredi 16 octobre 2009

Cloud One - Dust to dust (Queen Constance 12)



Pour ceux qui ont saigné l'album "Fun DMC" des People Under The Stairs, voici le sample original de "The Grind": de toute beautée, mes amiEs.
Cloud One, sur l'album "Atmosphere strut" sorti en 76.
D'ailleurs, je cherche un lien pour l'album: si quelqu'un à ça.

D'ici là, rien de tel qu'un petit son comme celui-ci pour commencer le week-end.
Bonne écoute ;)

mardi 13 octobre 2009

Les connexions s'font...

Quelques mots pour vous proposer une tape que mon pote Vince a fait il y a de ça 5 ans maintenant. Un peu plus d'1 heure de zik pour se faire plaisir.
Et pour ceux qui voudraient le remercier personnellement, c'est toujours ICI ;)

VinceTape

dimanche 11 octobre 2009

Le HipHop fout la merde tout en restant scrédi...

Ahlàlà, combien de fois n'ai-je pas entendu, "le Rap c'était mieux avant", "aujourd'hui y'a que des bidons", "les jeunes ne respectent plus", "nique le bling-bling" et autres phrases toutes faites...
Le Rap c'était mieux avant ? Pas sûr; Y'a que des bidons aujourd'hui ? je ne pense pas. Alors pourquoi s'échine t-on à vouloir faire perdurer cette légende urbaine que le HipHop serait mort ?
On est quand même tous d'accord pour dire qu'il y a bien plus de moyens fournis aujourd'hui pour l'élaboration d'un album. A l'époque, alors que rapper -et surtout pour les plus chanceux, sortir un album- était la volonté de faire autre chose que dealer dans le ghetto, aujourd'hui le Rap sert surtout à faire énormément d'argent en un laps de temps record. Et puis, le mouvement a été récupéré, tous les médias s'en sont emparés pour en faire maintenant l'une des cultures urbaines dominantes. Skyrock, qui à la base n'était pas une radio passant du Rap, est la première radio Rap en France, quand même. Alors est-ce pour cela que l'on dit que le Rap est mort ? Oui, peut-être parce qu'il y a une surexploitation du mouvement, un matraquage médiatique et surtout les pseudos artistes au devant de la scène qui sont un peu des trous du cul.

Mais sincèrement, je ne pense pas que le Rap ou simplement le HipHop soit mort: bien au contraire, il n'a jamais compté en son sein des acteurs aussi talentueux, volontaires et ingénieux.
Le Rap s'est professionnalisé, qu'y pouvons-nous ?
Néanmoins, il est quand même drôle de constater l'évolution pour certains et la régression pour d'autres.

Prenons par exemple Redman: Reggie Noble était un gros dealer de crack avant de se faire connaître comme l'un des mc les plus talentueux de sa génération. La veille du début de la tournée d'Epmd, il va frapper chez Erick Sermon, lui demandant de l'héberger quelques temps car un type cherchait à le tuer. "Mec, je commence ma tournée avec Parrish demain", dit Sermon. Qu'à cela ne tienne, Reggie fut 'engagé' pour faire les backs lors des concerts et vous connaissez la suite. Deux premiers albums dit 'classiques': "Whut the album" en 92 et "Dare is a darkside" en 94 et bien sûr l'album qui mettra tout le monde d'accord: "MUDDY WATERS" en 96. Soit un album toutes les deux piges où la qualité sera toujours au rendez-vous tant lyricalement que musicalement, jusqu'à "Doc's da name". On crut d'abord à un raté mais "Malpractice" et "Red gone wild" auront vite fait de confirmer non pas la perte de vitesse mais la perte du génie de Redman. RIP. On appréciera quand même ses sorties avec son compère de la fumette, Method Man. Quoique trop inégaux, leur deux albums sont bons, sans plus.

Method tiens, sorte de fou furieux du micro ayant fait ses gammes au sein de l'illustre secte Wu Tang, lance l'obus "Tical" sur la planète HipHop et... RIEN. Des albums vraiment peu représentatifs du talent du bonhomme que je ne citerai point. Une niak moins marquée et pourtant, pourtant, une facilité déconcertante à débiter et ce toujours avec ce style bien à lui. RIP, quoi que, on ne sait pas à quoi s'attendre avec ce type.

Dans le genre je fais un premier album de fou et après je stagne, il en est un pour moi, mais pas forcément pour les autres: un autre vendeur de came aussi, Shawn Carter, plus connu sous le pseudo de Jay Z. Faut savoir quand même que la plupart de ses albums sont certifiés disque d'or, platine ou pour certains triple platine. Mais moi, con comme je suis, je n'en retiens qu'un seul, à savoir "Resonable doubt" sorti en 96. Le reste pour moi c'est de la saucissonnade... RIP, donc.

L'un des plus grands gachis est je pense Busta Rhymes; affilié à la 'Native tongue'. II sort avec son groupe de l'époque les "Leaders of the new school" deux bons albums, voire excellents, avant de se lancer en solo en 96 avec "The Coming". Un album assez brut, mais bien véner. Après ça, quasiment que du dancefloor: Jay Dee rattrapant le coup sur pratiquement tous les albums en produisant la ou les tracks qui font de Busta l'un des meilleurs mc en activité. Mais bon, Busta sur des prods de merde = ça, encore ça ou alors ceci... Mais Busta sur des prods de fou, ça donne ça bordel, ou cette tuerie, ou juste ça ! RIP ou RIP RIP ???
Mais, je parle de ces types-là en particulier, mais ce ne sont pas les seuls, hein, Fat Joe aussi, qui passe de ça à ça... De Common Sense aussi: avant, après. À votre avis, RIP ? Akram, je ne parlerai pas de Nas, qui pour moi a fait juste deux albums (les deux premiers): j'veux pas m'embrouiller avec toi. (private joke)

Bon, mais il y a aussi des mecs qui respectent le truc de A à Z: des mecs sans qui ce blog ne serait pas. Des types comme Jazzy Jeff, là depuis les débuts qui pousse le mouvement vers le haut en sortant des galettes comme "The Return of the magnificent". Q-Tip qui soutient son dernier projet solo, Count Bass D, MF Doom, Madlib, Kev Brown bien qu'étant en perte de vitesse. Des gars restant volontairement dans l'ombre comme Fat Jon, Kan Kick, J.Rawls, Mr. Dibiase, Moka Only, People Under The Stairs et putain, ce n'est qu'une infime partie du côté visible de l'iceberg.

Le Rap/HipHop est mort ? Mes couilles, ouais. Je trouve que le renouvellement de la scène Rap s'est opéré correctement. Bien sûr c'est plein de Gargamels, mais on s'en fout: faut qu'il y ait des mecs comme Rick Ross, Lil' Wayne ou 50 Cent pour que je puisse apprécier encore plus un son de 00Genesis, ou de Jneiro Jarel. Et puis, on passe d'une époque où presque tout ce qui sortait était bon, à notre époque où un tri est nécessaire à l'achat. Pour ma part c'est mieux comme ça, il y a un taf de recherche plus important et quand on tombe sur un artiste qui assure, ben on est vraiment pas déçu.

Le Rap est mort ? Nan, mais le HipHop fout la merde tout en restant scrédi...


Sachez toutefois, que je ne suis qu'un p'tit gars qui apprécie le Rap comme un malade et surtout que je continue d'en acheter; voilà pourquoi je pense avoir mon mot à dire quand les mecs qui font ce que le Rap est, partent en couille. En aucun cas je ne me monte en représentant d'une catégorie d'auditeurs, activistes ou puristes.

vendredi 9 octobre 2009

Common - Come close (Jay Dee remix)




Mais il n'empêche que ça déboite.
Mention spéciale pour Pharrel Williams avec l'un des pires couplets de l'histoire de la musique au niveau du fond, mais la forme passe comme la crème. Comme quoi des fois, vaut vraiment mieux pas chercher à traduire les lyrics...

Common (Sense) - Electric circus

Bon, c'est décidé, je m'achète cette galette... Il m'aura fallu près de 7 piges pour vraiment apprécier comme il se doit cet album et, croyez-moi, c'était vraiment pas gagné.
Totalement largué par les choix artistiques de l'original mc de Chicago, la première écoute m'a laissé totalement 'astonished'. L'ayant conservé en version numérique, j'y suis revenu p'tet deux ans après et là, par le biais du magnifique remix de Jay Dee de "Come close", j'y ai découvert des choses pas si mal, voire même superbes et ce, jusqu'à aujourd'hui.
Sorti en 2002, "Electric circus" est l'album de Common qui a vraiment dérangé: de par son ambiance et sa sonorité très Pop/Rock: "Jimi was a rock star" en est le meilleur exemple. Mais plus l'écoute se précise et plus l'album tend vers une ambiance NuSoul: pour le coup, "Ferris wheel" exprime correctement cette tendance.
Au final, on se trouve devant une œuvre qui se tient et surtout qui s'assume complètement.
Et puis, pour tous ceux qui crièrent au loup à l'époque, allez un peu écouter les albums sortis après "Be"...
Faîtes-vous plaisir :)

Electric circus

1 - Ferris wheel
2 - Soul power
3 - Aquarius
4 - Electric wire hustler flower
5 - The Hustle
6 - Come close
7 - New Wave
8 - Star* 69
9 - I got a right ta
10 - Between me, you & liberation
11 - I am music
12 - Jimi was a rocker
13 - Heaven somewhere