mercredi 30 janvier 2013

Musique Classique: Acte 7 - Dj Premier

Ok ok, bon: par où commencer ? Par le début me direz-vous, mais ça fuse tellement que j'ai peur de rater mon démarrage !
Dj Premier, Primo, Pree, l'un des dj producteurs les plus connus et reconnus de la planète HipHop, l'un des plus incontournables, un must, une valeur sûre et peut-être, sans exagérer, une Nation à lui tout seul.

Autant pour beaucoup, Jay Dee est, fut, a été le producteur le plus influent du début des années 2000, Premier, Christopher Edward Martin de son vrai nom, est celui qui aura porter sur ses épaules les années dorées; bon, les épaules de Pete Rock étaient là aussi, mais on parlera plus tard !
Au delà de Gang Starr et/ou de Guru, sur lequel vous pouvez trouver un superbe article ICI, Primo a su apposer sa patte si particulière sur bon nombre de morceaux qui sont aujourd'hui et surtout depuis toujours des classiques. Pour ceux qui voudraient vraiment écouter un album avec ses prods tout le long, je ne peux que proposer d'écouter du Gang Starr: sérieux, y'a pas mieux pour saisir le travail du bonhomme, sublimé par le flow du regretté Guru...

Aussi loin que je me rappelle, la première fois que j'ai entendu parler de Dj Premier en tant que producteur à part entière, c'était pour 'I've lost my ignorance', sur l'album 'The Rebirth of cool' des Dream Warriors (sorti en 1994). Une claque reçue en pleine gueule... comme beaucoup d'autres par la suite !


En parallèle de son travail avec Guru, Primo trouve le temps de produire les membres de la Gang Starr Foundation: vous savez ces quelques fous qui savaient à peu près manier le mic comme par exemple Jeru The Damaja, Afu-Ra, Group Home, Bahamadia, Big Shug... chacun d'eux a laisser des classiques qui ont eu l'effet de bombes aussi dévastatrices qu'un millier d'attaques nucléaires.


Avec Group Home, Primo engendre quelque chose qui va au-delà du mouvement HipHop: on touche pratiquement au divin. Être là au moment où le Rap cherche et édifie ses fondations, dans cet océan de jeunes loups remontés et surtout très travailleurs qu'étaient Pete Rock & Cl Smooth, le Wu-Tang, De La Soul, DITC, les Phärcyde et bien d'autres, mais arriver avec l'énergie nécessaire pour accoucher d'une telle œuvre ! Pas besoin de parler de 'Livin' proof' et de la track éponyme comme étant l'un des albums qui stigmatisent le mieux les 'Golden years'. 

Pour Jeru, ici aussi tout converge pour marquer de manière indélébile le monde: un superbe mc, un magnifique sample, un clip:


 


Et comme à l'époque il était bon et nécessaire d'être accompagné par de gentes dames, le crew se dote d'une voix féminine, mais surtout pour kicker fort, en fait. Bahamadia arrive en 93, mais mettra quand même presque 2 ans pour boucler son 'Kollage', son premier opus. Je vous laisse regarder pour plus d'infos...


Je ne m'avance pas trop en disant que si le projet Gang Starr n'avait pas nécessite autant de temps et d'énergie, des projets plus concrets de la GS Foundation auraient pu être aussi dangereux que des albums du groupe Wu-Tang.


'Crush' est le single, sorti en 96, qui lance véritablement la carrière de Big Shug. Un proche de Primo qui l'accompagne bien souvent lors des différentes tournées de celui-ci.

En 2000 sort 'Body of the life force', premier album d'Afu-Ra (et parallèlement l'un des derniers à être produit dans les locaux D&D avant que ceux-ci soit racheté par Primo): ici Dj Premier ne produit pas l'intégralité de la galette mais encore une fois, en bon fournisseur qu'il est achemine jusqu'à nos oreilles l'excellent 'Mic stance' mais surtout le génial 'Equality'.



En plus d'être le producteur attitré d'un certain nombres entités citées plus haut, quand il parsème des instrus ici et là, le résultat est toujours le même, à savoir ruptures d’anévrismes, multiples orgasmes et hémorragies internes qui sont au menu, en témoignent 'Real HipHop' de Das EFX et 'The shit is real' de Fat Joe.




Quand je vous parlais plus haut de divin, il est un moment, qui, lui aussi a tout du divin: quand en 93 Premier est sollicité par l'entourage d'un petit vendeur de drogues rêvant de jours meilleurs.
Sur 'Illmatic' sorti en 94, NaS bénéficie de 2 des plus belles tracks jamais produites par Primo: 'Memory lane (sittin' in da park)' et bien sûr 'Represent'.


D'ailleurs, Primo a été pendant très longtemps ce que Jay Dee fut pour Busta Rhymes: à savoir le producteur qui sauvait par ses jolies tracks un album de la médiocrité. 'N.Y. Stae of mind pt. 2' et 'NaS is like' sur I am, 'Come get me' sur NaStradamaus, '2nd chillhood' sur Stillmatic...


L'une de ses plus grandes qualités est l'indéniable fait que tout au long de sa carrière, il a su s'entourer des meilleurs mc's: ainsi quand Rakim sort son premier album, on y trouve le super single 'It's been a long time'.


Plus tard, les deux amis se retrouvent sur le second album de Rakim, 'The Master' (1997), là encore, single !


À ce jour, Premier reste l'un des rares producteurs à réussir à placer ses prods en single: Premier est un argument de vente non-négligeable, voilà pourquoi 'Reality check' du duo Verbal Theat a bénéficié d'une grosse campagne télé et radio à l'époque, pareil pour le remix de 'Voodoo child' d'Afu-Ra, qui s'est retrouvé playlisté sur de nombreuses compil', 'Crooklyn' de l’éphémère groupe reformé pour l'occas avec de nouveaux protagonistes: 


Sans compter des prods pour O.C. et le regretté Big L (D.I.T.C.), Krs One 


des prods pour Mos Def, cette p*te de Christina Aguillera, Black Eyed Peas et j'en passe tellement il y en a.




Bientôt 30 ans de carrière pour cet infatigable amoureux de musique qui, malgré, un léger essoufflement,  continue d'injecter régulièrement de son essence vitale dans le mouvement HipHop. 
Musique Classique, Primo ? Si lui ne l'est pas, alors personne ne l'est !

2 commentaires:

Cheeks a dit…

Superbe article bien détaillé ! Il méritait bien ça.

Jyuza Hourra a dit…

Merci mec...
Je me rends compte qu'il manque deux liens: je corrige ça ce soir !